online casinos offers https://onlinecasinosoffers.com/online-casino-australia/

logo_fix_auto
logo_procolor
Carstar
logo_napa
logo-basf
logo_3M
PPG
Unipièce
logo_3M
logo_avantage
logo_akzo
logo_auto-jobs
logo_at-pac
euroteck
logo_brassard
logo_brassard
CMax Saint-Hubert
logo_pintendre
logo_mitchell_dmib
logo_novosst
logo_lebeau
logo_duro
Audatex
logo_serviceautohd
Pneus Superieurs
logo_entrepotsab
QuarPro
Centre de recyclage St-Bruno
logo_impact
CAA
logo_arpac
Cosmos Sync
Solutions Mobiles d'Entreprises
logo_autosphere
logo_carrossier
Intact assurance
Desjardins
Monetico
FBN
boivin
SFRL
La_Capitale
logo_Industrielle_Alliance
Echec au crime
logo_Plani_Concept
logo_gagnon
logo_malette
logo_chamard
logo_malette
logo_cadence
logo_monteriski
Nouveau code de procédure civile

Une très bonne nouvelle pour les carrossiers

Le nouveau Code de procédure civile va faciliter l'accès à la justice

L'entrée en vigueur du nouveau Code de procédure civile du Québec, depuis le 1er janvier dernier, aurait une incidence positive pour les carrossiers qui peuvent se trouver devant un litige légal dans le cadre de leurs activités commerciales.

« Ce nouveau Code de procédure civile va favoriser l'accès à la justice pour les petites et moyennes entreprises, incluant les ateliers de carrosserie, résume Me Caroline Gagnon, responsable du contentieux à la CCPQ. Cette révision devrait raccourcir les délais et alléger la facture juridique », prédit-elle. Premièrement, avant de déposer une procédure devant un tribunal, les deux parties devront faire des efforts concrets pour s'entendre. « La pire des ententes vaut plus que le meilleur des procès », lance Me Gagnon. Elle poursuit en expliquant que, dans le but de régler à l'amiable un contentieux commercial et d'évacuer le facteur émotif qui fait parfois gonfler le conflit dans des proportions considérables, les deux parties peuvent s'entendre pour consulter un médiateur. Il peut s'agir d'un avocat, d'un comptable ou de tout autre professionnel, selon la nature du litige.

Un exemple concret

Prenons le cas d'un client qui refuse de payer la facture des réparations faites par un carrossier sur son automobile, car il se dit insatisfait de la qualité des travaux. Avant de s'adresser aux tribunaux, le carrossier devra essayer de discuter avec ce client en l'invitant, par exemple, à le rencontrer en présence d'un médiateur.

Si une entente est impossible, le juge qui entendra le litige aura un rôle beaucoup plus déterminant dans la suite des choses que par le passé. « Il s'assurera que la cause ne peut se régler et pourra déterminer si la demande ou la défense est abusive, reprend Me Gagnon. Si possible, un expert unique l'aidera à trancher. On veut éviter un procès de deux jours pour une cause de quelques milliers de dollars. »

Elle ajoute qu'un juge, en cas d'abus ou de retards indus, pourra aussi condamner une partie à payer à la partie adverse les frais de justice, mais aussi une part de ses frais d'avocats. C'est une approche qui vise à éliminer l'explosion des frais d'avocat et aussi la perte de temps. « Aller en cour demeure dommageable pour un dirigeant de PME, reprend Me Gagnon. Ce contrôle des frais et des délais va alléger l'accès à la justice, compte tenu aussi de cette règle de proportionnalité des procédures. »

Source : Michel Beaunoyer, Le Carrossier, avril 2016

 

Slogan

« Pour que le consommateur puisse développer et maintenir une confiance inébranlable dans le savoir-faire et le civisme corporatif
des carrossiers »

Nous joindre

CCPQ
Siège social

14, rue Robert, bureau 1
Saint-Basile-Le-Grand (Québec)
J3N 1L7

450 653-5308
info@ccpq.ca


CCPQ
Gagnon, Girard, Beaulieu & Matte, avocats

1535, chemin Sainte-Foy, bureau 301
Québec (Québec)  G1S 2P1