online casinos offers https://onlinecasinosoffers.com/online-casino-australia/

logo_fix_auto
logo_procolor
Carstar
logo_napa
logo-basf
logo_3M
PPG
Unipièce
logo_3M
logo_avantage
logo_akzo
logo_auto-jobs
logo_at-pac
euroteck
logo_brassard
logo_brassard
CMax Saint-Hubert
logo_pintendre
logo_mitchell_dmib
logo_novosst
logo_lebeau
logo_duro
Audatex
logo_serviceautohd
logo_entrepotsab
QuarPro
Centre de recyclage St-Bruno
logo_impact
Xtreme Tech
CAA
logo_arpac
Cosmos Sync
Solutions Mobiles d'Entreprises
logo_autosphere
logo_carrossier
Intact assurance
Desjardins
Monetico
FBN
boivin
SFRL
La_Capitale
logo_Industrielle_Alliance
Echec au crime
logo_Plani_Concept
logo_gagnon
logo_malette
logo_chamard
logo_malette
logo_monteriski
Inspections

Le ministère de l'environnement
vous a-t-il à l'oeil ?

Un cas récent d'inspection d'un atelier de carrosserie par un fonctionnaire provincial du ministère de l'Environnement souligne à la fois que le pouvoir étant conféré à ces représentants de l'État peut parfois porter à des abus mais aussi, que chaque carrossier doit bien connaître ses droits et ses obligations.

Il s'agit d'un dossier où un carrossier s'est fait harceler par un inspecteur du ministère de l'Environnement du Québec qui, après inspection de l'atelier, lui a demandé des mises à niveaux de son atelier pour le relancer par la suite à propos de son registre d'utilisation de peinture.

À bout de ressource, ce carrossier, dont nous tairons le nom, s'est tourné avec un résultat positif, vers les services juridiques de la CCPQ.

Ce fut une victoire à tous les niveaux pour l'équipe juridique de la CCPQ. Mais si le carrossier a pu finalement être blanchi de tout blâme et éviter les sanctions, il n'en demeure pas moins que cette saga illustre la nécessité, pour l'ensemble des carrossiers, de respecter la récente règlementation du ministère de l'Environnement qui les oblige à tenir à jour un registre des peintures utilisées.

« Le carrossier qui se fait demander des choses par un inspecteur doit être au courant de ses obligations, mentionne Me Caroline Gagnon. Il sera alors en meilleure position pour évaluer si les demandes sont abusives. »

Comme le précise d'ailleurs Patrice M. Marcil, directeur de la formation pour le fournisseur Axalta, les ateliers doivent savoir qu'ils sont dans l'obligation d'entrer quotidiennement leur consommation de peinture. Il souligne du même souffle que le gouvernement, trop souvent, apporte des modifications à sa règlementation sans en aviser clairement les principaux concernés.

Source : Michel Beaunoyer, Le Carrossier, décembre 2015

 

Slogan

« Pour que le consommateur puisse développer et maintenir une confiance inébranlable dans le savoir-faire et le civisme corporatif
des carrossiers »

Nous joindre

CCPQ
Siège social

14, rue Robert, bureau 1
Saint-Basile-Le-Grand (Québec)
J3N 1L7

450 653-5308
info@ccpq.ca


CCPQ
Gagnon, Girard, Beaulieu & Matte, avocats

1535, chemin Sainte-Foy, bureau 301
Québec (Québec)  G1S 2P1