online casinos offers https://onlinecasinosoffers.com/online-casino-australia/

logo_fix_auto
logo_procolor
Carstar
logo_napa
logo-basf
logo_3M
PPG
Unipièce
logo_3M
logo_avantage
logo_akzo
logo_auto-jobs
logo_at-pac
euroteck
logo_brassard
logo_brassard
CMax Saint-Hubert
logo_pintendre
logo_mitchell_dmib
logo_novosst
logo_lebeau
logo_duro
Audatex
logo_serviceautohd
Pneus Superieurs
logo_entrepotsab
QuarPro
Centre de recyclage St-Bruno
logo_impact
CAA
logo_arpac
Cosmos Sync
Solutions Mobiles d'Entreprises
logo_autosphere
logo_carrossier
Intact assurance
Desjardins
Monetico
FBN
boivin
SFRL
La_Capitale
logo_Industrielle_Alliance
Echec au crime
logo_Plani_Concept
logo_gagnon
logo_malette
logo_chamard
logo_malette
logo_cadence
logo_monteriski
Formation - Relève - Rétention

La Corporation, en association avec différents intervenants, collabore aux mises à jour des connaissances et des meilleures pratiques.

Elle valorise considérablement le développement de la main-d'oeuvre dans son secteur et s'engage à prendre toute initiative pouvant statisfaire aux attentes exprimées par ses membres

  • La reconnaissance des acquis
  • Projet de Bourses à la relève
  • Participation dans la révision et l'actualisation du cursus du DEP en carrosserie
  • Norme et reconnaissance professionnelle estimateur
  • Dossiers reliés aux travailleurs étrangers
  • Programme de subventions provincial (CPMT)

La RAC : Une valorisation pour tous

La reconnaissance des acquis en prévision de l'obtention d'un diplôme d'études professionnelles (DEP) est une démarche valorisante et stratégique

Il existe un programme qui permet de reconnaître les compétences d'un technicien qui oeuvre de longue date dans un atelier de carrosserie sans pour autant avoir un diplôme. Au-delà d'avoir en main un simple document, cette reconnaissance est un grand avantage pour le travailleur. De plus, pour une entreprise, encourager un employé parfois formé sur le tas à aller chercher cette reconnaissance peut être un levier pour l'obtention de certifications de la part des constructeurs.

Une démarche valorisante

« Je pense que d'aller chercher un diplôme est une démarche qui peut s'avérer très valorisante pour un technicien, explique Luc Fillion, directeur et conseiller stratégique. Cela ne fera pas de lui un meilleur technicien, mais il aura en main un document qui le mettra en valeur et lui sera utile tout au long de sa carrière. »

Pour l'atelier, faire reconnaître les acquis d'un travailleur est une façon de faire monter son pointage pour l'obtention d'une certification I-CAR Or, demandée par certains constructeurs automobiles dans le cadre de leur programme de certification d'ateliers.

La CCPQ préconise la démarche de reconnaissance des acquis et accompagne les ateliers et leurs techniciens. Pour la Corporation, cette inititative va dans le sens de la valorisation du métier. Ainsi, lors de sa tournée régionale, Luc Fillion abordera cette question avec les carrossiers qu'il rencontrera. Qui plus est, la CCPQ rend disponible à ses membres des formulaires pour faciliter la démarche.

Comment l'obtenir?

Dans tous les centres de formation professionnelle, un conseiller pédagogique peut guider le demandeur dans sa démarche. Ce dernier doit préparer un C.V. et une lettre d'attestation prouvant son parcours professionnel. Il pourra ajouter à sa demande tous les diplômes, certificats et attestations obtenues dans le cadre de son travail. Le candidat pourra ensuite compléter une fiche de demande qui permettra au conseiller pédagogique d'ouvrir un dossier. Cette demande peut entraîner de légers frais, mais plusieurs centres de formation offrent ce service gratuitement.

Après avoir rempli et remis un document d'auto-évaluation où il pourra cocher les compétences qu'il possède déjà, il recevra - souvent sur le lieu de travail - la visite d'un enseignant attitré à cette tâche. Ce dernier émettra des recommandations. Un DEP peut être émis par la suite, ou le demandeur peut ressortir de l'activité avec une liste de cours à compéter pour obtenir ce diplôme.

Selon M. Fillion, le propriétaire d'un atelier peut très bien se servir de cette reconnaissance des acquis pour tracer un portrait des ses ressources humaines. Il pourra ainsi identifier les compléments de formation souhaitables pour son équipe.

Source : Michel Beaunoyer, Le Carrossier, juin 2017

Plusieurs projets pour l'industrie

Rarement la question de la formation n'aura été aussi brûlante d'actualité que présentement.

La carrosserie évolue à grand pas, et cette tendance vers la complexification du secteur ne va qu'en s'accélérant. Autant pour les gestionnaires que pour les techniciens nouvellement sortis de l'école, les connaissances doivent être mises à jour et il importe de faire le suivi de l'intégration des nouveaux travailleurs.

Pour répondre à cette réalité, la CCPQ s'est d'abord associée au Centre de formation Compétence Rive-Sud, à La Prairie, pour développer deux projets de formation destinés spécifiquement au secteur de la carrosserie.

« Cette étape pourrait d'ailleurs devenir le reflet d'une démarche nationale si l'on considère que la CCPQ entreprendra sous peu des discussions avec divers organismes afin de mettre en branle une initiative qui pourrait s'avérer similaire, voire complémentaire », note Luc Fillion, consultant en ce qui concerne les dossiers touchant à la relève et à la rétention de la main d'oeuvre.

Formation continue

Le premier projet vise à établir un programme de perfectionnement destiné à l'ensemble des ateliers du Québec. « Nous travaillons avec la CCPQ et plusieurs partenaires pour construire ce programme de formation continue, explique Sylvain Petit, directeur du Centre de formation de La Prairie. Nous avons dans le réseau les ressources pour offrir ces services. Nous savons aussi qu'il y a de la demande autant du côté des gestionnaires d'ateliers que de la part de leur personnel. »

L'autre projet représente aussi un geste visant le rapprochement entre l'industrie et les centres de formation. Il s'agit ici d'un programme de suivi des nouveaux diplômés au sein des entreprises. « Nous voulons offrir à ces diplômés, une fois qu'ils sont sur le marché du travail, un encadrement adapté aux réalités et aux besoins des employeurs, reprend M. Petit. Nous voulons ainsi soutenir leur intégration dans le cadre d'une approche qui sera novatrice et autrement plus efficace. »

Des liens avec l'industrie

Un projet pilote entre le centre de formation de La Prairie et certains carrossiers pourrait ainsi établir des liens plus étroits que ceux développés lors des stages en entreprise dans le cadre de la formation au DEP. De plus, cette approche de collaboration permettrait d'ajuster les compétences inscrites au programme pour qu'elles s'adapent mieux à la réalité du marché.

« Nous réalisons qu'en atelier, nos diplômés sont souvent confrontés à des processus nouveaux qui ne sont pas nécessariement couverts par notre programme d'études, explique le directeur. Nuos voulons donc profiter de cette initiative avec les ateliers pour nous informer des nouvelles technologies et nous ajuster en conséquence. »

Il cite par exemple l'arrivée des composants en aluminium dans les ateliers. Même si le travail sur ces composants ne fait pas partie du programme, le centre de formation s'est doté de soudeuses pour l'aluminium et des connaissances nécessaires pour former ses étudiants à ce nouveau matériau.

Un projet national

« Nous ne voulons pas travailler en vase clos, reprend M. Petit. Nous allons valider l'approche avec nos partenaires en collaboration avec la CCPQ, qui est une grande facilitatrice, afin de permettre ensuite l'implantation de ce projet pilote dans tous les centres de formation qui voudront, bien entendu, suivre le mouvement. » Notons que la CCPQ envisage déjà d'étendre ce projet vers d'autres CFP, ce qui en soit serait une excellente opportunité pour toute l'industrie de la carrosserie.

Le directeur du centre Compétence Rive-Sud sait aussi que son centre de formation doit mettre les bouchées doubles pour suivre la marche rapide des technologies du secteur.

Ainsi, le centre effectue présentement un véritable virage numérique. Les tablettes ont en effet fait leur apparition en classe, permettant aux étudiants d'apprendre comment s'en servir dans tout le processus de réparation en carrosserie, allant de l'estimation jusqu'à la livraison du véhicule.

Source : Michel Beaunoyer, Le Carrossier, février 2017

L'industrie appuie la relève

Plusieurs représentants du secteur de la carrosserie étaient présents lors de la remise de médailles aux étudiants de la Montérégie en carrosserie et peinture automobile dans le cadre des Olympiades des métiers

C'est à l'École de formation professionnelle de Châteauguay, le 17 février 2016, qu'avait lieu la cérémonie de remise de médailles des métiers de la carrosserie pour la région de la Montérégie en présence d'un fort contingent de représentants de l'industrie.

Cette première étape prépare la compétition provinciale qui aura lieu du 4 au 7 mai, à Québec.

Pour les fins de la compétition, la peinture automobile et la carrosserie sont séparées en deux épreuves distinctes. Les participants venaient du programme de formation professionnelle offert au Centre de formation Compétence-de-la-Rive-Sud, à La Prairie.

Pour la carrosserie, ce sont Maxime Bérubé, Christian Leroux et Jean-Philippe Hamel qui se sont côtoyés sur le podium. En ce qui concerne les épreuves en peinture automobile, Abigaël Ritchot a remporté l'or suivie de Nicolas St-Jean et de Nicolas Grondin-Cousineau. Les médaillés d'or iront défendre les couleurs de la Montérégie à Québec.

Des membres de la CCPQ, représentant les bannières Fix Auto, CarrXpert, CARSTAR et Carrossier ProColor, étaient sur place pour féliciter ces jeunes étudiants qui se sont engagés dans cette démarche visant l'excellence professionnelle.

Nicolas Lefebvre et Christian Tardif, deux enseignants en carrosserie du Centre de formation Compétence-de-la-Rive-Sud ont souligné l'importance de cette compétition pour le secteur de la carrosserie, mais aussi pour la renommée du centre de formation. « Nous sommes contents de voir des carrossiers ici ce soir, a indiqué M. Lefebvre. Ce sont les futurs employeurs de nos diplômés. C'est important de tisser des liens entre eux. »

Évidemment, la compétition est également pour le corps enseignant une occasion de transmettre la passion du métier à la prochaine génération. « Et les voir remporter des métailles, est très valorisant pour nous aussi », glisse en passant M. Tardif.

Prenant la parole avant la remise des médailles, Michel Bourbeau, président exécutif de la CCPQ, a expliqué aux étudiants non seulement l'importance de persévérer dans leurs études, mais aussi comment ils pourraient ensuite faire progresser leur carrière dans le domaine de la carrosserie.

Source : Michel Beaunoyer, Le Carrossier, juin 2016

 

Slogan

« Pour que le consommateur puisse développer et maintenir une confiance inébranlable dans le savoir-faire et le civisme corporatif
des carrossiers »

Nous joindre

CCPQ
Siège social

14, rue Robert, bureau 1
Saint-Basile-Le-Grand (Québec)
J3N 1L7

450 653-5308
info@ccpq.ca


CCPQ
Gagnon, Girard, Beaulieu & Matte, avocats

1535, chemin Sainte-Foy, bureau 301
Québec (Québec)  G1S 2P1